LE REVE SE POURSUIT EN AMERIQUE DU SUD

URUGUAY - DERNIERE ETAPE

L’URUGUAY  DERNIERE  ETAPE

 

L’URUGUAY – QUELQUES SPECIFICITES

L’Uruguay est un très petit pays de 176 000 km2 avec une population de 3 314 000 habitants, bordé par l’Océan Atlantique au sud-est, le Brésil au nord, l’Argentine à l’ouest.

C’est un beau pays au climat subtropical tempéré, les températures y sont stables, douces toute l’année, de 6° à 17° en hiver, 21°-28° l’été.

C’est un pays qui se veut « naturel », tranquille avec une grande sécurité. Les gens y sont chaleureux, accueillants…

Il possède une grande diversité de paysages, la flore et la faune y sont aussi très représentatives.

Des vertes prairies, des rivières, des chaines de montagnes aux crêtes rocheuses avec vallées encaissées…où le cheval est très présent avec les activités de rodéos, les travaux des « gauchos »…des zones de marécages, de belles plages, des thermes sont généreusement répartis dans le pays.

De grands ponts internationaux sur les fleuves, de nombreux ports avec ferries sur le delta du Rio de la Plata permettent de relier rapidement l’Uruguay aux pays voisins.

L’élevage de bovins  y est développé pour répondre aux besoins de « la traditionnelle parrilla internationale »  qui consiste à griller des énormes quartiers de viandes sur des braises choisies à point et mises de côté…là aussi c’est tout un art, accompagnés de bons vins élaborés à partir du « Cep Tannat ».

                                         

On cultive beaucoup de céréales mais on y trouve aussi comme au Brésil et en Argentine la « yerba mate », plante tonifiante, équilibrante, pour assouvir tous les uruguayens, amateurs inconsidérés de « mate ».

L’Uruguayen se déplace toujours et partout avec sa bouteille « thermos » sous le bras, son paquet de maté (l’herbe séchée et hachée) et sa tasse à maté dans la main…

Quelquefois, un sac spécial, souvent en cuir, permet de porter tout cela plus facilement !!!

                                       

                                         

Le maté est préparé avec art : Dans une petite calebasse, on place le mate au ¾, on tasse l’herbe laissant une petite place où on vide de l’eau chaude du thermos, on glisse délicatement la « bombardilla », sorte de petite cuillère à passoire et tube, jusqu’au fond, on attend un peu que ça infuse, on remet de l’eau chaude pour infuser une autre partie de l’herbe  et on aspire l’infusion dans la bombardilla…

Il ne faut pas oublier aussi que le tango est l’une des plus authentiques et originales expressions culturelles du Rio de la Plata, que « la cumparsita » est une œuvre de l’uruguayen Gerardo Matos  Rodriguez composée en 1 917 (ami de Carlos Gardel).

Les célébrations du Carnaval, ici, durent tout le mois de février et une partie de mars : record des Pays d’Amérique du sud !!!

 

L’URUGUAY DU NORD-OUEST

Il y a un an, lorsque nous avons visité l’Uruguay, nous avons essentiellement fait la côte Atlantique avec observation des lions de mer, des oiseaux…de la capitale Montevideo, Colonia del Sacramento, Carmelo …jusqu’au Pont international à Fray Bentos où nous entrions en Argentine.

Là, nous sommes entrés tout au nord-ouest à Bella Union, avons longé l’Argentine et le Rio Uruguay, sommes passés à Salto, Paysandu…C’est une vaste zone où il y a de nombreuses eaux thermales.

Sur notre trajet, nous avons vu d’étranges brebis…des brebis portant manteau blanc…était-ce jour de fête ? En fait nous n’avons pas eu l’occasion de connaitre le rôle de cet accoutrement.

                                      

Elles avaient été tondues récemment, y a-t-il un rapport ?

A ce propos, Messieurs les français tondeurs professionnels ou compétiteurs, ne cherchez pas à voir le résultat de la tonte…vous seriez démoralisés, non pas que vous soyez battus, oh non !!!

C’est absolument incroyable, les coups de tondeuse sont donnés dans tous les sens, en laissant des espaces non  tondus, de la laine pendante par-ci, par-là…Ce genre de  « coupe » est un peu généralisé dans toute l’Amérique du sud, enfin, pour ce que nous en avons vu !!!

Nous avons aussi suivi un véhicule de retour de chasse…au sanglier !

                                     

Dans cette région, on pratique le reboisement systématique, il y a de grandes plantations d’eucalyptus.

                                    

Beaucoup de palmiers agrémentent souvent le paysage.

                                   

 

NUEVO BERLIN 

Nous nous arrêtons à Nuevo  Berlin tout au  bord du fleuve Uruguay.

                    

Il y a une sorte de parc aménagé en camping libre où vous avez accès à l’eau courante, de nombreux points d’eau sont installés ainsi que des tables, bancs, foyers où vous pouvez cuire votre parrilla…toilettes, même douches à certaines périodes…

                  

Nous nous installons sous de grands eucalyptus où nichent de beaux pigeons aux ailes tachetées, émettant un roucoulement pour moitié semblable à celui des pigeons de chez nous et pour l’autre  moitié , c’est un roucoulement avec fort accent uruguayen !!!

                 

Où les perruches aux cris perçants s’activent à apporter de grandes brindilles pour agrandir le logement !

                                         

                                        

Où les colibris font le spectacle : stationnement immobile devant une fleur, piqué vertigineux avec une vélocité démesurée, déplacement d’une branche à une autre si rapide qu’on peine à les suivre, montée en flèche……

                                        

Et d’autres jolis oiseaux :

                                                     

                                         

Au cours de nos promenades, nous découvrons de nouveaux arbres, de nouvelles fleurs… 

                                  

 

Voici des « milpero » et leurs noyaux :

                                         

Des « épiphytes », végétaux qui se fixent  sur un autre végétal :

                                         

                                                                          

Nous assistons à de beaux couchers de soleil :

Nous nous reposons un peu et commençons tranquillement à préparer le retour sur le bateau…

                

                

Un matin, deux hommes de la Municipalité viennent faire l’entretien du parc, s’arment de leur « débroussailleuse à fil »... Nous demandons si nous devons déplacer le véhicule…Non, non !!!Nous nous éloignons pour les laisser travailler…

Lorsque je reviens de laver du linge, je passe près de Joline et que vois-je ? Les débris de la vitre avant droite jonchant le sol, je lève les yeux…c’est bien vrai, un caillou a été projeté et  l’a « pétée » !!!

Désarroi total immédiat puis reprenant notre sang-froid, Georges démonte l’ensemble-volet, nous nettoyons les verres, rebouchons avec un plastique…et c’est alors qu’après des jours et des jours de grand soleil, un orage éclate, survient une pluie… modérée et de courte durée…juste pour nous faire peur !!!

Monsieur le Maire arrive, relève les coordonnées du véhicule, de suite s’enquiert des lieux où ils sont susceptibles de trouver le même modèle, téléphone, prend des photos,  revient  chercher d’autres détails quant au véhicule…nous montre un endroit sécurisé, à deux pas, dans la cour d’une « posada » (auberge) d’où nous pouvons au moins laisser Joline en toute sécurité, pour aller faire les courses… nous promener…

                                                        

Le week-end passe ainsi. Le lundi, nous sommes conviés à aller à Fray Bentos à 45 km pour nous faire poser une  vitre…Nous restons sceptiques…à juste titre…les modèles sont différents…notre véhicule est européen. Ni en Uruguay, ni au Brésil, ni en Argentine…on ne peut trouver le modèle adéquat.

On nous envoie nous faire poser une vitre acrylique. Cela aurait pu être une solution provisoire, valable, mais comme partout, ici, il y a des gens qui massacrent le travail…

Nous nous faisons petit à petit à l’idée que Joline n’est plus tout à fait sécurisée et …nous retournons sur le camping quelques jours !

 

NUEVA HELVECIA OU COLONIA SUIZA 

                                     

Toute cette partie sud-ouest de l’Uruguay a été « colonisée » par des immigrants suisses, allemands, français, autrichiens, au moment de la crise économique du « vieux continent ».

Ils apportèrent des connaissances techniques, scientifiques, firent progresser l’agriculture, l’industrie…

Ils ont conservés leur culture, leurs traditions…

Nous séjournons quelques jours dans le parc de l’Hôtel Suizo, dans un cadre champêtre, verdoyant, calme…

               

L’Hôtel a été construit en 1872. Restent d’anciens bâtiments et des objets d’époque : les voitures à cheval de transport du pain, du lait etc…

              

              

Le parc est superbement entretenu. 

             

Dans la petite ville, nous découvrons le monument de « los fundadores » sur la place centrale, des bâtiments coloniaux tout autour,  un curieux arbre « l’arbol cantonal » portant les écussons des différents cantons suisses, le château d’eau et un hôtel d’époque, l’Hôtel Nirvana…

                  

                                     

                  

Là aussi, nous nous reposons et nous prenons le temps de faire quelques desserts !

                                        

Nous nous promenons, faisons quelques réparations comme la « repose de la vitre acrylique » dont le  «  scootch » mis dans tous les sens  en multiples épaisseurs pour mieux cramponner la vitre taillée plutôt juste était vraiment très…très visible !!!!

Nous décollons tout ce « foutoir », nettoyons à l’alcool la colle laissée par le scootch, posons un petit ruban « isolateur » tout autour…Puis  Georges la repositionne et avec autant de minutie possible, afin que ça ne saute pas aux yeux à dix kilomètres à la ronde, nous collons un ruban adhésif noir (Ce n’est pas facile avec les angles aigus, obtus… !).

Sera-ce efficace ? En tous cas, c’est plus discret !!!!

Voici un petit récapitulatif :

                                

 

Le samedi  2 novembre  étant l’anniversaire de Georges, nous  allons manger au restaurant de l’Hôtel. La salle est belle, la cuisine goûteuse, nous nous régalons !

                   

Depuis notre camping-car, nous avons, sur Skype, nos deux fils et leurs familles …..Un régal aussi !!!! Ce genre de communication est magique. Nous adorons voir et entendre tous nos « Petits » !!!!

La journée pluvieuse est largement compensée.

Nous nous apprêtons à rejoindre Montevideo. Aux dernières nouvelles le départ du « Grande Costa d’Avorio » est prévu pour le 18 novembre avec arrivée à Anvers le 15 décembre.

Il y a quelques formalités à faire au port et surtout retrouver Merce notre amie déjà rencontrée il y a un an au début du voyage. Nous sommes ravis de passer quelques moments avec elle.

Vous n’aurez pas de photos de Montevideo car nous vous envoyons le blog du camping de l’Hôtel Suizo  où nous recevons  internet dans le camping-car. C’est simple, agréable.

Voilà, nous terminons ce magnifique voyage. Nous avons vécu pendant une année et demie  toutes sortes de situations, de rencontres, une kyrielle d’émotions, de sentiments divers…

Nous remercions à nouveau tous ceux qui nous ont soutenus avec de gentils mots, toutes les personnes qui nous ont fait passer des moments inoubliables, tous les amis voyageurs de rencontre…

Nous ne vous oublierons pas !

A notre retour, nous ferons un article sur la traversée, quelques impressions des retrouvailles avec notre vieux continent !!!!

                 



Publié à 13:16, le 5/11/2013, dans URUGUAY DERNIERE ETAPE, Colonia Suiza
Mots clefs :


Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Mots clés

Rubriques

ARGENTINE
ARGENTINE CHILI
BOLIVIE
EQUATEUR
EQUATEUR PEROU
LE PEROU
MA CARTE
NOTRE PARCOURS
NOTRE PARCOURS DE B.A. A .....
PREPARATIFS
RETOUR CARGO
SE RENDRE EN AMERIQUE DU SUD
URUGUAY DERNIERE ETAPE

Derniers articles

VOEUX 2014
AU REVOIR AMERIQUE DU SUD - RETOUR
URUGUAY - DERNIERE ETAPE
BOLIVIE - BRESIL
EQUATEUR PEROU

Sites favoris


Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email